#5 Euromillion et Love Money

Depuis ma démission, je n’ai aucun revenu, aucune aide de l’état ou autre. Je vis sur mes fonds propres.

Quand vous démissionnez, vous ne touchez pas d’allocation. Vous entamez une période de carence de 4 mois, une fois tous vos congés soldés, avant de pouvoir déposer un dossier pour une allocation chômage (ARE – Aide au Retour à l’Emploi).

 https://travail-emploi.gouv.fr/droit-du-travail/la-rupture-du-contrat-de-travail/article/le-droit-aux-allocations-chomage-du-salarie-demissionnaire

Carence dans mon cas qui se terminait mi-décembre. Je prends donc rendez-vous avec mon conseiller Pôle-Emploi début janvier après les fêtes de fin d’année. Il me donne un dossier à remplir pour repasser en commission. Sauf que je ne rentre pas vraiment dans leurs critères : généralement les futurs entrepreneurs démissionnent pour se lancer dans la création. Je n’ai pas du tout fait d’entretiens d’embauches, de stages, de cdds précaires, etc. Mon dossier risque de ne pas passer et surtout les délais de réponses sont extrêmement longs, la commission est débordée. Il faut dire que la loi a changé mi-novembre et que les agents du pôle-emploi ne seront tous formés que début mars. D’ici là tout est en attente ! Les joies de l’administration française…

Malheureusement pour moi, mon pécule a vite fondu : les matériaux pour les travaux, ma voiture a rendu l’âme, achat d’un vélo électrique pour emmener mon fils à l’école (30 min aller-retour au lieu d’1h de bouchons ou transports en commun, vive le vélo ! ), un dégât des eaux au 1er étage, l’adoucisseur d’eau qui inonde la cave, puis le ballon d’eau chaude qui m’abandonne, le crédit-maison à rembourser …

Me voici donc mi-janvier, 7 mois après la démission, sans un rond (pour la rime). Soit je retravaille 3 mois minimum pour débloquer mes allocations, soit je gagne à l’euromillion. Je n’ai pas envie de me relancer dans la recherche d’un emploi (difficile de trouver rapidement un cdd qui paie correctement) et je n’ai pas envie d’annuler les rdv pris en février pour obtenir des informations sur la création d’entreprise. Mes parents m’apportent la solution (encore une fois). Ils m’avancent l’argent nécessaire le temps que mes démarches aboutissent. Ce qu’on appelle à juste titre le Love Money.

Je suis sauvé, pour un court instant. Je n’ai pas envie de m’endetter auprès d’eux et j’ai hâte d’avancer dans mes projets. Mais j’ai appris à ronger mon frein et à être patient. Allez, au travail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *